Elodie Alice

A PROPOS / BIO

Elodie Rousseau, ou Elodie Alice (ses deux prénoms) est née à La Rochelle en 1973.
Elle a suivi des études d’arts, fait du théâtre et parcouru pas mal de kilomètres sur des chaussures de tango. Elle a vécu à Berlin et à Gatineau (Québec) mais elle est aujourd’hui ancrée à Bordeaux où elle se partage, pour l’instant, entre une activité d’enseignante et de chanteuse de jazz mais aussi d’autrice, de cuisinière, de dessinatrice… Passeuse, dirait-elle, pour tenter de se résumer.

Sa voix, elle l’a travaillée et utilisée pour le théâtre, donnée pour le cinéma et la littérature (voix off dans le film Des lumières, des abîmes aussi de Christian Richard pour des textes d’Allain Glycos), pour un “discours boisé” de Philippe Méziat sur le vin et la musique (festival de jazz de St-Emilion).
Du côté du parcours musical, Elodie Alice a fait partie du trio vocal Timor Tim au service d’un répertoire de chants de marins anglo-saxons. Puis elle a collaboré avec le pianiste Marek Kastelnik pour un répertoire de chansons et tangos français. Parallèlement, elle a suivi une formation vocale auprès de Sonia Nedelec.

Sa sensibilité pour le jazz, elle l’a développée dès son enfance via la discothèque parentale et sa fascination pour les comédies musicales au cinéma. Plus tard, c’est sur le continent nord-américain, à Hull (Gatineau), non loin du Standish Hall qu’elle approfondit sa culture des standards américains, qu’elle travaille l’improvisation et structure son rapport à la scène, au “live”. À son retour, elle s’affirme vite sur la scène jazz régionale en multipliant les collaborations et les formations, du duo au septet.

Dans le jazz, Elodie Alice développe sa créativité dans le choix du répertoire mais surtout dans l’improvisation, autant à l’aise avec les couleurs du jazz et ses harmonies, qu’avec les inductions de ses partenaires musiciens ou ses partis pris vocaux (scats, sifflets, feulements…).
Dans ses livres, son travail est tourné vers le mot, ses goûts, ses jeux. Elle aime détourner, fabriquer, dé-fabriquer. Et Amours Standards tout comme Dans ce Goût-Là n’échappent ni l’un ni l’autre aux lectures musicalisées, voisées, oralisées que l’autrice concocte pour un public curieux.

Dans Amours standard, Elodie Alice s’empare de standards américains pour les détourner en leur offrant une version française très librement inspirée. Les textes ont fait l’objet d’une publication bilingue, livre-CD chez les éditions Librairie Olympique. Une résidence à l’OARA a abouti sur une mise en scène de ces textes et une série de concerts-spectacle, concerts-lectures.

Dans Ce Goût-Là, 39 recettes de cuisine littéraires publié chez les éditions Cambourakis, est la rencontre entre son goût pour les jeux de littérature et la cuisine du marché. C’est qu’elle est, dans ce domaine, également remarquée.
Elodie Alice y renoue aussi avec le dessin en assurant, au stylo à encre, les illustrations.

 

————————————-

MUSIQUE ET REPERTOIRE


Le répertoire d’Elodie Alice puise dans les standards de la musique populaire américaine, les chansons du Great American Songbook (Duke Ellington, Cole Porter, George et Ira Gershwin, Rodgers et Hart, etc).
Attachée aux textes et à la force de leur mélodie, elle y sélectionne des perles rares comme les plus fameux. Sachant s’adapter à son auditoire, elle interprète swings et ballades, s’exprimant autant dans l’exposé des thèmes que dans les improvisations en scat ou sifflet.
Une autre partie du répertoire est celui de la chanson française des années 40 à 60 (Vian, Bassiak, Gainsbourg, etc…) où elle aime retrouver un autre plaisir des mots, une autre proximité avec le public.
Du duo au septet, Elodie Alice s’est entourée de musiciens émérites avec qui elle partage le goût du jeu, des textures, des couleurs.

Jouissant d’un charisme certain, pétillante, Elodie Alice livre avec professionnalisme un jazz profondément vivant, cousu d’élégance.

————————————-

PRESSE

JAZZ

« Elodie Alice a, entre autres qualités, celle de la simplicité dans sa présentation […]. Elle a un timbre bien à elle, très identifiable, marqué par ce que j’appellerais une sorte de gouaille sous-jacente qui en fait la marque, le charme, et qui la distingue de tant d’autres, trop identifiées aux figures historiques du “jazz vocal”. […] Par cette discrétion, cette retenue, qui finit par révéler en filigrane un vrai tempérament, elle sait prendre et retenir un public. »
Philippe Méziat, Jazzmagazine.com, samedi 29 mars 2014

 

« Elodie Alice en trio, avec Dave Blenkhorn (g) et Franck Richard (b) […] répertoire de standards aimés, distillés avec classe, sans fioritures. C’est droit, franc du collier […] les solos de Dave Blenkhorn sont construits avec intelligence, Franck Richard assure un accompagnement parfait. Plusieurs personnes tiennent à faire savoir qu’ils sont ravis de cette “découverte”, et l’un d’eux quitte le café en adressant ce compliment : “bravo, vous chantez très bien, et en plus vous êtes très belle”. Et v’lan. Elodie ne bronche pas. La classe, je vous dis. »
Philippe Méziat, Jazzmagazine.com, dimanche 6 avril 2014

 

 

DANS CE GOUT-LA  / éditions Cambourakis

“C’est intelligent et réjouissant. Un vrai coup de cœur que ce petit livre délicieux qui ravira autant les amateurs de mots que de bonne chère. Un ouvrage qui renouvelle le genre du livre de cuisine, parfait à (s’)offrir ! Bon appétit ! ” Sandra Mangoubi  / Elle à table /  www.elle.be

“Comment allier littérature et plaisir du goût ! Des recettes à lire pour émoustiller tous vos sens, festin littéraire ô combien gourmand !!” Librairie Le Vent Délire

“Un joli petit livre étonnant, vert pomme, tout mignon que l’on va lire comme on déguste un bonbon. On en pioche un, on en pioche un autre, on finit le paquet…”   Fred Ricou  www.7detable.com

et par Joël Raffier